Top 10 des temples japonais à visiter absolument !

158

Le Japon a une histoire vieille de plusieurs siècles. Entre le cinquième et le septième siècle, ses habitants ont fait l’expérience du bouddhisme qui marquera le début d’une longue période d’influence culturelle coréenne et chinoise. À ce jour, les Japonais pratiquent toujours cette religion et cela se remarque à travers la multitude de temples présents dans le pays. Quels sont les dix que vous devez voir absolument ? Découvrons !

Quelles différences entre les temples et sanctuaires ?

La première différence se trouve au niveau de la religion. Le bouddhisme et le shintoïsme sont les deux principales religions pratiquées au Japon. Les temples sont ainsi réservés aux bouddhistes tandis que les sanctuaires sont fréquentés par les shintoïstes. Ensuite, vous ne verrez aucune statue dans les sanctuaires alors que vous en trouverez dans un temple bouddhiste.

Aussi, au niveau des temples, on découvre plusieurs bâtiments formant des complexes et une porte avec des dimensions imposantes. Au niveau des sanctuaires par contre, on ne retrouve qu’un portique sacré de couleur rouge pour la délimitation de l’espace sacré.

Enfin, dans les temples, on ne célèbre que les défunts, ce qui est tout le contraire des sanctuaires au sein desquels les Japonais se retrouvent pour célébrer les unions et les naissances.

La composition d’un temple bouddhiste

Les temples bouddhistes au Japon possèdent tous un bâtiment principal ou Zen. Celui-ci donne l’impression d’avoir deux niveaux alors qu’il n’en a qu’un seul. Dans un temple japonais, se trouvent également le chinjusha et le temizuya. Le premier est un tout petit sanctuaire dédié au kami. Quant au second, il ne s’agit que d’une fontaine où viennent se laver les fidèles avant de se rendre au culte. Ils purifient en effet leurs mains et leur bouche.

Par ailleurs, dans un temple bouddhiste au Japon, on peut également trouver le hatto, le hojo et le hokkee-do. Le hatto est un bâtiment réservé aux conférences données par les prêtres. Le hojo représente les quartiers où vit le prêtre du temple et enfin, le hokkee-do est la salle de méditation.

Si vous envisagez de faire un voyage au Japon, les 10 temples que vous devez visiter absolument vous sont présentés ci-dessous.

Kinkaku-Ji

Photo du temple Kinkaku-ji en hiver

Le temple Kinkaku-Ji est situé dans l’ancienne capitale du pays, Kyōto. Son histoire remonte à 1220, période pendant laquelle le site du temple avait abrité Saionji Kintsune : chef de son clan. Le site sera repris par Yoshimitsu et sera finalement classé parmi les trésors nationaux du Japon en 1897. Le temple est aujourd’hui entièrement recouvert de ce métal précieux qu’est l’or, sauf son rez-de-chaussée.

Meiji-Jingu

Photo des rouleaux de prière du temple Meiji Jingu

On retrouve le sanctuaire Meiji dans la capitale actuelle du Japon. Il était consacré aux âmes divines de l’Empereur du même nom et de celles de sa femme. Meiji-Jingu avait été détruit en 1945 puis reconstruit en 1958 avec du bois de cèdre. Y sont installés deux complexes, un jardin extérieur et le dojo shiseikan ou sanctuaire aux trésors.

Senso-ji

Photo du temple Senso ji

Ce temple bouddhiste se trouve également à Tokyo. Sa construction prit fin en 645 et aujourd’hui, il abrite les restes de la déesse Bodhisattva Kannon et même un centre commercial.

Ginkaku-ji

Photo du temple Ginkaku Ji

Le temple Ginkaku-ji est également installé à Kyōto. Son nom officiel est Jisho-Ji et sa construction s’est achevée en 1482. Son fondateur désirait le couvrir d’argent, mais il n’y arrivera pas. Si vous décidez de visiter ce temple, admirez son toit, son étage supérieur et son jardin.

Todai-Ji

Photo du temple Todai Ji

Todai-Ji est construit à Nara. C’est l’épicentre de plusieurs écoles Ritsu et Kegon. La construction de ce temple a débuté en 752 et a pris fin en 745. Il est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, car il est le plus grand bâtiment couvert en bois au monde.

Horyu-ji

Photo de face du temple Horyu ji

Comme Todai-Ji, Horyu-ji est aussi situé à Nara. Construit en 607, il a rigoureusement suivi la tradition pendant 14 siècles, avant d’être détruit par un incendie en 670. Reconstruit récemment, il comporte plusieurs objets d’art de grande valeur. Il fait partie des trésors nationaux du Japon.

Kiyomizu-dera

Photo du temple Kiyomizu-dera

Kiyomizu-dera regroupe plusieurs temples bouddhistes et shintoïstes. C’est l’un des endroits les plus célèbres de la ville de Kyoto où il est construit. Bâti par le général Sakanoue no Tamuramaro, il date de 1633. Il tient son nom d’une chute d’eau se trouvant en son sein. C’est sa plateforme et sa pagode de trois étages qui l’ont rendu célèbre.

Toda-ji

Dans le parc de Nara, se dresse fièrement le temple de Toda-ji. Il fait office de centre de formation des moines et fut construit en 745. On peut y retrouver de nombreuses sculptures et peintures.

Sanjusangen-Do

Photo intérieur des statues du temple Sanjusangen-do

Ce temple bouddhiste a pour nom d’origine Renge-ō-in. Il a été fondé en 1132, puis sa reconstruction a pris fin en 1256. Basé à Kyoto, on y retrouve 1 001 statues de bois. 1 million de touristes visitent ce temple chaque année.

Nikko Tosho-gu

Photo du temple Nikko Tosho-gu

Le temple Nikko Tosho-gu voit le jour en 1617 à Kanto. Plusieurs de ses bâtiments sont des palais classés parmi les trésors nationaux et d’autres sont considérés comme biens culturels importants.

Vous ne pourrez pas affirmer avoir visité le Japon si vous ne faites pas le tour de ces 10 temples. Il est certain que vous en reviendrez totalement changé !